La culture du travail

Travailler dans un environnement multiculturel n’est pas toujours aisé. Dans chaque pays, il existe un mode de travail et des habitudes qui lui sont propres. La France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Chine et les États-Unis sont des pays qui affichent une différence significative en termes de culture du travail.

La culture du travail en France

Le monde du travail français se caractérise par le respect de la hiérarchie. Il n’est pas coutume dans la culture française du travail d’aller contre la hiérarchie. Les Français considèrent qu’un chef est nommé en fonction de ses qualités et ses compétences et que, par conséquent, son autorité est légitime et méritée. Dans plusieurs entreprises, des salles de réunion sont exclusivement conçues et réservées aux managers. La gestuelle est une autre caractéristique importante dans la culture française du travail, laquelle permet d’être rassuré quant à la sincérité, l’engagement et le respect de l’interlocuteur. L’espace de travail dont dispose chaque employé est également un point majeur, un espace qu’il peut personnaliser à sa guise afin d’être plus à l’aise.

La culture du travail en Allemagne

Une caractéristique essentielle de la culture du travail en Allemagne est la ponctualité. Les Allemands sont en effet reconnus pour leur sens élevé de la ponctualité, que ce soit dans la vie privée ou au travail, une valeur qui s’inscrit dans leur mode de fonctionnement. Contrairement à ce que l’on peut penser, les travailleurs allemands font très bien la différence entre leur vie privée et leur vie professionnelle. La culture allemande du travail s’illustre par l’encouragement d’initiatives telles que le télétravail et le freelancing, celles-ci ayant pour but de favoriser l’épanouissement du travailleur, un élément fondamental pour lui permettre d’atteindre les résultats attendus. L’univers du travail allemand inclut une planification rigoureuse et dans laquelle les imprévus sont particulièrement mal vus.

La culture du travail en Grande-Bretagne

Le travailleur de la Grande-Bretagne se caractérise par son acharnement au travail et l’atteinte de résultat. Contrairement à certains pays, selon lesquels les travailleurs parviennent à quitter mentalement et physiquement leur travail, dès qu’il franchit les portes de l’entreprise, le Britannique emmène son travail partout avec lui. Comme il n’y a pas de démarcation entre la vie familiale et la vie professionnelle, il est donc très courant d’observer des travailleurs dans les transports en commun, ou lors de retrouvailles familiales, en train de vérifier leurs emails professionnels et de s’atteler à d’autres tâches qui peuvent être traitées à distance. La culture anglaise est très marquée par l’individualisme. Le paradoxe dans le milieu de travail anglais est l’individualisme mêlé aux espaces de travail, qui en réalité sont des espaces collaboratifs. Ce mélange antagoniste entraîne notamment une atmosphère de très haute compétition.

La culture du travail aux États-Unis

Aux États-Unis, le dialogue est un aspect fondamental dans la culture du travail. De fait, il n’est pas rare d‘observer de larges espaces de travail collaboratifs dans la plupart des entreprises. La concertation entre collègues fait partie du mode de fonctionnement et leur permet d’effectuer des tâches en prenant en compte plusieurs angles de vue. Tout comme en Grande-Bretagne, les employés jonglent entre leur vie professionnelle et leur vie privée. Aucune frontière n’ayant clairement été établie entre ces deux vies, on dénote une différence importante par rapport à d’autres pays, où la culture du travail est très marquée par l’accessibilité de la hiérarchie. Le chef aux États-Unis se veut disponible pour son équipe et lui accorde le temps nécessaire.

La culture du travail en Chine

À la différence des États-Unis, la Chine possède une culture du travail où le dialogue et l’échange sont quasi inexistants. Dans ce pays, le chef est plus qu’un simple supérieur hiérarchique. Les objectifs de l’entreprise sont les priorités absolues, alors que l’opinion, le bien-être et l’épanouissement des employés sont relégués au dernier plan. Les espaces de travail ou open-space sont relativement restreints par rapport au nombre de salariés qui les occupent. Ceux-ci ne bénéficient pas de salles de réunion ni d’espaces leur étant entièrement dédiés afin de leur permettre de réduire leur stress et de se relaxer. Autre caractéristique importante de la culture du travail chinoise : la confiance. En l’occurrence, les travailleurs chinois préfèrent traiter avec des amis proches ou la famille plutôt qu’avec des étrangers.

 

Photo by Annie Spratt on Unsplash