Les défis lorsqu’on vit à l’étranger

S’expatrier peut être une bonne idée, mais il est important de prendre toutes les dispositions nécessaires afin d’éviter d’être confronté à des problèmes inutiles. À quoi faut-il se préparer lorsqu’on décide de vivre à l’étranger ?

Apprendre la langue

C’est le premier défi auquel doit faire face n’importe quel expatrié, s’il choisit de vivre dans un pays où la langue maternelle n’est pas la sienne. C’est aussi le défi le plus difficile à relever si on ne possède absolument aucune connaissance de base au préalable. C’est généralement plus facile d’apprendre une langue dans ces conditions, et il n’y a donc aucune raison d’avoir peur. Il vous suffit de garder à l’esprit quelques recommandations.

1- Ne craignez pas de paraître ridicule. Exprimez-vous, communiquez avec les autochtones même si votre ignorance les amuse. Plus vous dialoguerez, plus vous améliorerez vos connaissances et plus vite vous apprendrez la langue.

2- Évitez les « cocons d’expatriés ». Lorsqu’on vient tout juste de débarquer en sol étranger, il arrive souvent que l’on se sente seul et dépaysé. Le seul moyen de venir à bout de ce sentiment d’inconfort est très souvent de sympathiser avec des compatriotes. Une excellente démarche, à priori, à condition de ne pas exagérer. Établissez bien sûr quelques liens, mais impliquez-vous davantage dans la culture du pays en compagnie d’Autochtones. Plus vous vous forcerez à communiquer avec des gens qui ne parlent pas votre langue, et plus vite vous apprendrez la leur.

S’adapter au rythme de vie

Il n’est pas rare d’entendre des expatriés se plaindre du fait qu’ils ont peine à joindre les deux bouts, et ce, parfois même en gagnant de bons salaires. On ne le répétera jamais assez : à Rome, comportez-vous comme des Romains. La tentation de ne consommer que le fromage ou la bière française sera grande, mais pour votre propre bien, apprenez à tester les spécialités locales. Non seulement elles coûtent moins cher que les produits importés, mais ce sera en plus une occasion en or de mieux comprendre le pays dans lequel vous vivez. N’ayez pas peur d’oser, même si vous êtes en famille. Après tout, le pays dans lequel vous êtes n’est pas dépourvu d’enfants.

Venir à bout du décalage culturel

Soyez ouvert sur le monde et à de nouvelles expériences. Il ne sert définitivement à rien d’essayer de vivre ailleurs, si vous regardez ceux qui vous entourent comme des bêtes curieuses. Il est vrai qu’en France, les choses se passent de cette façon, mais vous n’êtes plus dans ce pays. Évitez de dicter vos lois aux nationaux. C’est le moyen le plus efficace de vous créer des ennemis. Lorsqu’on se retrouve dans un pays étranger, on a justement besoin d’amis et d’alliés, et de préférence autochtones. Avec le temps, vous apprécierez ce qui vous paraissait étrange et impensable au tout début.

Si vous avez l’intention d’ouvrir votre propre entreprise, sachez que sa réussite ou son échec est à 90% lié à votre capacité d’adaptation. Il n’est pas question de mettre une croix sur votre culture, il convient simplement d’apprendre à faire la part des choses et d’exploiter ce qu’il y a de mieux dans votre monde d’origine, mais également celui dans lequel vous vivez désormais.

Trouver un bon logement

C’est toujours un casse-tête ! Comme votre arrivée est encore récente, il vous est difficile pour le moment de vous représenter les avantages et les inconvénients des différentes zones. Du coup, la tentation de prendre un logement en plein centre-ville à prix d’or est grande, en vue d’éviter de possibles complications en périphérie. De fait, le choix du logement est un problème auquel il faut s’attaquer bien avant le départ. Rendez-vous sur les réseaux sociaux (pour une fois qu’ils peuvent vraiment être utiles), expliquez vos attentes, mentionnez votre budget et demandez simplement quelles sont les zones ayant fait l’objet de recherches par les autochtones qui ont les mêmes attentes que vous en termes de logis.

Éviter des risques inutiles

Même s’il est important de se fondre à la population locale, cela ne signifie pas pour autant qu’il faille prendre des risques. Tant que vous ne maîtrisez pas encore la langue, restez sur vos gardes. Faites-vous toujours accompagner d’un Autochtone bilingue ou d’un expatrié expérimenté en lequel vous avez pleinement confiance, au moment d’entreprendre des démarches complexes. Ne confiez qu’à une seule personne la gestion de vos démarches financières : vous-même.

En adoptant un comportement adéquat et raisonnable, vous viendrez aisément à bout de tous les obstaclespouvant se dresser sur votre chemin.