Questions d’entretien chez les grandes firmes : celles qui vous narguent et celles auxquelles vous n’êtes pas tenu de répondre

Les grandes firmes sont connues pour leurs critères élevés de sélectivité. Leurs entretiens sont d’ailleurs parmi les plus éprouvants. Dans la première partie, nous vous proposons de découvrir des questions parfois déstabilisantes, voire totalement absurdes posées chez Google. Dans la seconde partie, nous vous donnerons un aperçu des questions d’ordre privé auxquelles vous n’êtes pas tenu de répondre. C’est parti!

Les questions d’entretien spéciales de Google et les réponses appropriées

Lors d’un entretien chez Google, vous devrez faire preuve d’un esprit vif, logique et parfois espiègle. Attendez-vous donc à quelque chose de spécial. Afin de vous permettre d’en juger par vous-même, nous avons sélectionné une série de questions sur lesquelles vous pourriez un jour buter. Et nous vous proposons également les réponses… au cas où.

En première réponse, les candidats penchent pour 0, puisque les deux aiguilles pointent vers le 3. Cependant, la réponse est inexacte. L’aiguille des heures est d’un quart en avance sur celle des minutes. Ce qui, d’après un léger calcul (le tour du cadran 360º/le nombre d’heures 12/le quart4) donne un angle de 7,5º.

Cette question, ou même une autre pouvant y être apparentée, est posée pour tester la logique d’un raisonnement. Ici, il s’agit uniquement de fixer un prix, faire une estimation du nombre de fenêtres et de donner le montant.

Il s’agit ici d’user de stratégie. Un exemple de réponse est de répartir équitablement le butin entre les membres, c’est à dire 50/50. En cas de vote, il vous suffit de vous rallier au camp qui vous soutient pour obtenir la majorité. La réponse est de 22 fois.

Cette réponse requiert un esprit pragmatique afin d’aller à l’essentiel, tout en ayant une juste compréhension de l’outil.

Cette réponse fait plus ou moins appel à la culture générale. Il s’agit du jeu de Monopoly. Vous devrez donc répondre que l’individu est tombé sur la case Rue de la Promenade (en anglais Boardwalk).

Les questions auxquelles vous n’êtes pas tenu de répondre en entretien

Bien que vous participiez à un entretien, il peut arriver que le recruteur vous pose des questions qui sortent du cadre de vos compétences et de son droit.

  • Votre situation familiale

Lors d’un entretien, les questions relatives à la famille sont jugées illicites. Le recruteur n’a pas le droit de poser des questions sur votre statut matrimonial, le nombre d’enfants, ou encore de savoir si vous êtes enceinte, etc. Par ailleurs, pour les candidates, il est permis d’être enceinte au moment de l’entretien.

  • Votre état de santé

Les questions sur la santé du candidat sont également proscrites. Vous avez le droit de ne pas divulguer vos antécédents médicaux, vos statut de vaccination et sérologique, etc. Cependant, cette règle ne s’applique pas à tous les secteurs. Par exemple, l’application en ce qui concerne les organismes humanitaires ou un poste qui demande un niveau élevé d’énergie. En pareil cas, l’employeur est uniquement en droit de demander un certificat d’aptitude physique par rapport au poste.

  • Vos mœurs et croyances

Les questions en rapport avec votre mode vie, votre religion, vos croyances et autres ne sont pas autorisées lors d’un entretien. Elles sont d’ordre privé et ne concernent pas l’employeur. Par conséquent, vous n’êtes pas obligé d’y répondre.

  • Votre orientation sexuelle

Lors d’un entretien, vous êtes absolument en droit de ne pas préciser, voire d’ignorer les questions relatives à votre orientation sexuelle. Ces domaines relèvent de votre vie privée.

  • Votre situation financière

La seule interrogation autorisée lors d’un entretien est celle se référant à votre aspiration salariale. Pour toute autre question visant votre situation financière actuelle, notamment votre statut de locataire/propriétaire, d’emprunt ou de votre établissement bancaire, vous n’êtes pas tenu d’y répondre.

  • Votre engagement et votre opinion politique

Votre engagement syndical ou vos opinion politiques relèvent du privé. Un recruteur n’a pas le droit de vous poser des questions sur vos allégeances politiques, sur votre engagement au sein d’un syndicat, sur des grèves menées antérieurement, etc.

Dans ces cas, vous pouvez soit refuser de répondre ou questionner le recruteur pour comprendre le lien entre la question et les exigences du poste.