Vivre et travailler en République tchèque

Vivre et travailler en République tchèque

La République tchèque affiche un taux de croissance de 4,4 %. L’économie y est en plein essor et le marché de l’emploi accessible. De plus, le pays est réputé pour avoir un niveau de vie des plus abordables en Europe. De quoi en faire une excellente destination pour poser ses valises et entreprendre une carrière professionnelle épanouie. Envie de vous lancer ? Nous vous fournissons ci-dessous toutes les informations dont vous avez besoin.

L’arrivée en République tchèque

L’enregistrement à l’ambassade, le permis de résidence et le numéro de sécurité sociale

La République tchèque est membre de l’Union européenne. Les ressortissants de pays de l’UE peuvent y entrer et circuler munis d’une carte d’identité ou d’un passeport valide. Pour un séjour de plus de 90 jours (3 mois), il faut obligatoirement se faire enregistrer auprès de la Police des Étrangers. Bureaux ouverts du lundi au mercredi (7 h 30-18 h) et le jeudi (7 h 30-15 h).

Par la suite, vous devez demander une attestation de séjour temporaire ou permanente, selon la durée de votre présence. Le document est gratuit et livrable dans un délai de 60 jours à compter de la date de la demande. Pour que votre demande soit validée, les documents que vous fournirez pour votre dossier doivent être traduits en tchèque par un traducteur assermenté et datés de moins de six mois.

La République tchèque est soumise aux accords de sécurité sociale des pays membres de l’Union européenne. Les ressortissants de ces pays, travailleurs ou chômeurs, bénéficient du régime de la protection sociale tchèque (maladie, maternité, invalidité et vieillesse). Pour les travailleurs non-résidents, la partie de revenu produit en République tchèque est imposable par l’administration fiscale du pays, alors que c’est la totalité des revenus qui est soumise pour les résidents.

Le compte bancaire

Il est indispensable d’ouvrir un compte bancaire une fois installé en République tchèque. Vous trouverez de nombreux établissements bancaires (GE Capital Bank, Raiffeisenbank, Deutsche Bank, etc.). En plus des services classiques, vous bénéficierez aussi de services d’e-banking. Pour l’ouverture du compte, vous devrez avoir en main votre passeport valide, une autre pièce d’identité (permis de conduire, par exemple) et un montant en guise de dépôt compris entre 200 et 2 000 couronnes. Il est possible de débuter la procédure en ligne et de la finaliser en agence (la présence physique pour le dépôt d’ouverture est obligatoire).

En outre, vous aurez le choix parmi trois types de comptes (compte bancaire de base, compte épargne et compte courant). Les cartes bancaires MasterCard, Maestro, American Express, Visa-Visa électronique, Eurocard peuvent être utilisées dans les GAB.

L’assurance santé

Bien que la République tchèque dispose d’un bon système de santé, il est impératif de souscrire une assurance maladie en République tchèque, que ce soit auprès d’un fournisseur d’assurance maladie public ou privé. Toute personne travaillant pour un employeur tchèque est automatiquement assurée par le système de santé public du pays, Všeobecná Zdravotní Pojišťovna (VZP), et paie des contributions mensuelles.
La République tchèque a conclu des accords de réciprocité sur les soins de santé avec d’autres pays. En particulier, les citoyens de l’UE ont accès à des soins médicaux gratuits en République tchèque grâce à leur carte européenne d’assurance maladie (CEAM). Pour de plus amples informations, les expatriés français peuvent s’adresser à la Caisse des Français de l’étranger, au Ministère de l’intérieur ou au Bureau de l’assurance santé, entre autres.

Les taxes et l’impôt sur les salaires

L’impôt et les taxes en République tchèque sont inférieurs à ceux de nombreux pays d’Europe de l’ouest. Le système repose principalement sur l’impôt sur les sociétés (19 %), les revenus des particuliers (15 %) et la TVA (environ 21 % pour le taux normal). Les cotisations salariales en République tchèque comportent les cas de vieillesse, d’invalidité et de décès (6,5 %) et les soins de santé (4,5 %).

  • Pour les salariés indépendants, les taux de cotisations incluent maladie-maternité (2,3 %), soins de santé (13,2 %), vieillesse-invalidité-décès (28 %) et chômage (1,2 %).

Travailler en République tchèque

Le marché du travail

Le marché de l’emploi en République tchèque est accessible aux Tchèques et aux non-résidents. D’ailleurs, son industrialisation grandissante fait de la République tchèque un pays qui accueille volontiers les compétences extérieures. Il faut noter que les secteurs de l’industrie, du tourisme et des services enregistrent les plus forts taux de croissance. Les profils bilingues ou multilingues sont également très appréciés. Pour les expatriés francophones, il est préférable de s’adresser à des entreprises françaises installées sur le sol tchèque.

Afin de maximiser vos chances, vous pouvez aussi miser sur les techniques de networking ou consulter les meilleures plateformes de recrutement dans ce pays. À Prague ainsi que dans les autres grandes villes du pays, les offres sont nombreuses et les profils diversifiés. La République tchèque abrite notamment de nombreuses grandes entreprises, telles que Skoda Auto, Kofola, Tatra, Agrofert, Kaufland, OKD, Zentiva… À cela s’ajoutent aussi plusieurs centaines d’entreprises françaises et des groupes d’envergure présents dans les secteurs de la construction, de l’énergie, de l’automobile, de l’agroalimentaire ou encore de l’ingénierie, dont : Carrefour, Danone, Bongrain, Lafarge, Bouygues, Sanofi, ArcelorMittal, Bel et Bonduelle, Alstom et Schneider Electric, et Peugeot. Vous trouverez également des PME et PMI dans l’aéronautique. Un éventail d’emplois y sont régulièrement en demande, tels que représentant ou conseiller au service à la clientèle, spécialiste de l’expérience client, modérateur de site Web, coordonnateur de projet, agent pour la collecte de données en ligne, expert en IT, collaborateur du service interne, pour ne nommer que ceux-là.

Travailler en République est une opportunité intéressante pour faire ses premières expériences professionnelles en tant que francophone, et ce, même si vous ne possédez pas d’études universitaires. Vous pourrez aussi y bâtir un réseau professionnel solide, étoffer votre CV et enrichir votre palette linguistique. Apprendre le tchèque vous donnera aussi accès à plus d’opportunités professionnelles dans le pays.

Le droit du travail

Le droit du travail en République tchèque est bien élaboré, tout comme la normalisation de son code du travail avec ceux de l’UE. Vous avez le choix parmi le contrat à durée déterminée ou à durée indéterminée. L’horaire légal de travail est fixé à 40 heures par semaine. Pour les emplois dans les mines, il est de 37,5 h/semaine. Pour d’autres secteurs d’activité, le taux horaire n’excède pas les 38,75 h/semaine.

Le plafond du volume horaire a légalement été fixé à 12 h/jour. Chaque employé bénéficie d’un repos obligatoire de 35 h/semaine, et de 4 semaines (20 jours ouvrés) par an. Les congés de maternité en République tchèque sont fixés à 28 semaines, et les deux parents peuvent prendre des congés jusqu’aux quatre ans de leur enfant, si désiré.

La période de préavis

  • Tout employé qui souhaite démissionner est tenu d’informer son employeur 2 mois avant la prise d’effet de sa décision.

La recherche d’emploi

Le processus de recrutement varie selon le canal utilisé mais les deux secteurs les plus actifs sont ceux des services et de l’industrie. Afin de vous démarquer et de mieux vous positionner lors de votre entretien d’embauche, il est conseillé d’apprendre le tchèque et de maîtriser le type de profil recherché. En somme, la recherche d’un emploi en République tchèque n’est pas plus difficile que celle entreprise pour d’autres pays; il vous suffit de bien cibler le secteur et les exigences de l’emploi… et de vous faire confiance!

La vie en République tchèque

L’hébergement en République tchèque

Le marché de l’immobilier tchèque est en pleine santé et nettement moins coûteux, comparé à certains autres en Europe. Trouver un logement est très facile et différentes options s’offrent à vous selon votre budget. Les prix varient également selon la localisation. À Prague, par exemple, ils sont plus élevés qu’en banlieue. Le prix du m² est de 25 euros, soit 619 couronnes pour 20 euros en périphérie. Le loyer mensuel moyen en banlieue pour un studio est de 475 euros, alors que dans les grandes villes, il s’élève à 700 euros.

Pour trouver votre logement, vous pouvez procéder par le bouche à oreille ou consulter des annonces et sites en ligne. Si vous faites appel à une agence, il faudra majorer le coût de location équivalant à un mois de commission pour les frais. Les conditions d’entrée sont généralement fixées à une avance de deux mois de loyer. La durée du bail s’étend entre 1 et 3 ans, renouvelable.

Avant de finaliser l’entente, veillez à procéder à un état des lieux rigoureux. Vérifiez également que le contrat de location, rédigé de façon manuscrite, est conforme aux règles en vigueur. Celui-ci doit également présenter les informations suivantes : identités du locataire et du bailleur, adresse de l’appartement, description du bien, autorisations et interdictions, usage du logement (local commercial, personnel, etc.), validité du contrat, montant du loyer, charges des deux parties et clauses (possibilité de renégociation du loyer, préavis de départ, etc.).

Le contrat doit être accompagné des documents d’états des lieux, de la remise des clés et de l’appartement. Chaque document doit être produit en deux exemplaires.

Le coût de la vie

Le coût de la vie en République tchèque est nettement moins cher qu’en France. Un repas moyen dans un restaurant en France s’élève à 13,00 euros, alors qu’il est de 4,64 euros en République tchèque. Autre exemple : le prix d’un ticket de transport mensuel coûte 54,00 euros en France, et seulement 19,56 euros en République tchèque. À bien des égards, vivre en République tchèque est économique.

La conduite automobile

La conduite en République tchèque s’effectue à droite, tout comme en France et autres pays européens et le code de la route est similaire (ceinture de sécurité avant et arrière obligatoire, phares allumés, etc.). Si vous détenez un permis de conduire de l’UE, vous pouvez l’utiliser. En cas de perte ou d’atteinte de la date d’expiration, vous devrez suivre les formalités pour obtenir le permis de conduire tchèque.

Les documents (relevé d’information restreint, copie du permis et du passeport, justificatif de domicile) que vous fournirez pour votre permis doivent également être traduits en tchèque. La vitesse sur les routes est limitée à 50 km/h en banlieue, 90 km/h sur les routes nationales et 130 km/h sur l’autoroute. La République tchèque dispose d’un bon réseau routier qui dessert aussi bien les grandes villes que les banlieues.

Le français en République tchèque

Sur le sol tchèque, il est parfois possible de se sentir dépaysé si vous êtes un francophone. Vous trouverez par contre un réseau de français bien établi en République tchèque. Vous pourrez aussi miser sur les activités et évènements organisés par l’Ambassade de l’Institut français pour vous construire un réseau, ainsi que vous créer des liens sur les réseaux sociaux. N’ayez crainte, vous prendrez vos marques dans le temps de le dire !