La reconnaissance de votre diplôme et de vos qualifications en Europe

Avant de vous rendre dans un autre pays, vous devez avoir en votre possession toutes les informations pertinentes. Si vous êtes déjà en poste ou que vous comptez exercer le même travail à l’étranger, vous devrez vous pencher sur la question de reconnaissance de vos diplômes et de vos qualifications. Que vous déménagiez dans un autre pays faisant ou non partie de l’Union Européenne, vous devez élucider cette question afin d’être dûment préparé aux différentes éventualités. En guise de soutien, vous trouverez dans ces lignes des éléments de réponses sur lesquels vous pourrez vous baser pour élaborer une stratégie gagnante.

Avec l’adoption du système LMD (Licence Master Doctorat) en Europe et partout ailleurs, la reconnaissance de diplôme à l’étranger s’en trouve facilitée. Au sein de l’Union Européenne, vos diplômes acquis au sein d’écoles et d’universités officielles et accréditées sont reconnus. Par contre, si vous envisagez de vivre dans un pays non membre de l’UE, vous devrez passer par certaines procédures afin de faire reconnaître votre diplôme.

Vous pouvez procéder à une équivalence de vos diplômes à l’étranger. En Europe, il existe un organisme chargé de cette mission : le Système européen de transfert et d’accumulation de crédits, ou encore l’European Credits Transfer System (ECTS). Bien qu’il ait été créé au sein de l’Union Européenne, ce système associe les pays membres de L’AELE (Association Européenne de Libre Échange) parmi lesquels : l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

Le système ECTS est une méthode de comptage de points qui permet d’évaluer le travail qu’un étudiant étranger a réalisé, mais également les connaissances acquises durant votre cursus. Si vous comptez vous rendre dans l’un des pays de l’Union Européenne ou l’un des pays membres de l’AELE, cette méthode vous permet de faire reconnaître votre diplôme et votre cursus au sein des pays signataires de ce système.

Bien que ce système soit adopté en Europe par les pays qui l’ont signé, il vous faudra tout de même procéder à une équivalence, une assimilation ou une attestation de vos diplômes. Pour ce faire, vous devrez vous adresser à un centre spécialisé sur la question. En France, par exemple, c’est l’ENIC-NARIC qui en est responsable.

Si vous comptez vous inscrire dans une université étrangère, vous pourrez vous diriger vers différents centres, dépendamment du pays dans lequel vous comptez faire votre cursus. S’il s’agit d’une autre langue que le français, vous devrez au préalable passer un examen spécifique reconnu sur le plan international dans la langue du pays.

Puis-je continuer à exercer le même travail avec mes qualifications obtenues en France ?

Si vous souhaitez vous installer à l’étranger et continuer d’exercer le même travail, il vous faudra justifier vos qualifications. Si le pays d’accueil est un pays membre de l’Union Européenne, vous devrez faire reconnaître vos qualifications avant d’y travailler. Une fois reconnues, vous pourrez alors exercer au même titre que les ressortissants du pays et ceux qui en sont diplômés.

Cette procédure consiste à établir une demande auprès de l’autorité régulatrice de cette profession dans le pays en question, qui vous communiquera la liste des documents à fournir. S’il s’agit d’une profession non reconnue dans votre pays d’origine ou que vous ne possédez pas d’attestation ni de diplôme pour appuyer votre demande, vous devrez trouver un autre moyen, soit par le biais de votre adhésion à une association professionnelle, d’une carte de membre, etc.

Dans la procédure de reconnaissance de vos qualifications professionnelles, l’organisme en charge de votre demande dispose d’un délai d’un mois pour accuser réception de votre dossier (demande et documents). Lorsque vous dossier complet est reçu, il s’ensuit une période de trois à quatre mois avant que ce même organisme ne se prononce. Un délai de trois mois pour les professions médicales à l’instar des médecins, infirmiers, dentistes, vétérinaires, etc. et de quatre mois pour toute autre profession. En cas de rejet de votre demande, vous pouvez passer par des formalités supplémentaires en vue de prouver vos qualifications.